NO MAN'S ZONE

mars 2017
15 €
8 en stock (in stock)
ArtisteBarre Phillips avec Emilie LesbrosLabelNATOCollectionCinénatoRéférenceZOG 5

Barre Phillips est un contrebassiste réputé pour une carrière exceptionnelle qui le vit, de Californie jusqu’en Provence, être acteur du Third Stream avec Gunter Schuller, du tourbillon de la New Thing  avec Ornette Coleman ou Archie Shepp, de la nouvelle musique improvisée made in Europe avec Evan Parker ou Michel Portal, autant qu’être le compagnon de Jimmy Giuffre, Paul Bley, John Surman ou Lalo Schiffrin. À partir de son fameux solo Journal Violone (Basse Barre en France) enregistré en 1968, il aiguise son propre espace musical qui, à quelques moments clés, aura besoin de solitude (solo) et à d’autres d’images. À la fin des années soixante, il partage de fortes expériences théâtrales (Antoine Bourseiller). Il rencontre le cinéaste américain Robert Kramer pour la musique de Route One USA et de plusieurs longs métrages. C’est pour l’un des « disciples » de Robert Kramer, le documentariste japonais Toshi Fujiwara, qu’il enregistre avec la chanteuse Emilie Lesbros la bande originale de No Man's Zone, film consacré aux lendemains de la catastrophe de Fukushima. Emilie aime à décrire Barre Phillips comme un père musical. Elle joue avec lui en plusieurs formations ainsi qu’avec le grand ensemble EMIR. Hors du film, la musique révèle dans les solos du contrebassiste autant que dans les duos avec la chanteuse, une dimension spécifique – assez inédite dans l’œuvre de Phillips – résultant probablement de l’ambiance du film et de sa façon de réfléchir à la relation ravagée entre l’homme et la nature.

« Accordée au chant profond d’Emilie Lesbros, mêlée aux voix des survivants, sa basse acoustique fait résonner sur "No Man’s Zone" l’apocalypse dans une vibration grave et méditative. » Guy Darol in Jazz Magazine, Mai 2017

« Sans jamais entrer dans des tensions dérangeantes ou démonstratives, lorsqu’il se saisit de l’archet, Barre Phillips évoque inévitablement le baroque occidental, complément évident à la tradition asiatique dans cette sublimation du chant intérieur, véritable rempart à la sauvagerie du monde et à l’horreur humaine. » Nicolas Dourlhès in Citizen Jazz , 9 avril 2017

Si vous aimez les médailles : ce disque a eu un "Choc" de la revue Jazz Magazine en mai 2017

Barre Phillips (b), Emilie Lesbros (voc).

Liste des pistes :
1 - No Man’s Zone 1
2 - No Man’s Zone 2 
3 - No Man’s Zone 3 
4 - No Man’s Zone 4 
5 - No Man’s Zone 5 
6 - No Man’s Zone 6 
7 - No Man’s Zone 7 
8 - No Man’s Zone 8 
9 - No Man’s Zone 9 
10 - No Man’s Zone 10 
11 - No Man’s Zone 11 
12 - No Man’s Zone 12 
13 - No Man’s Zone 13 
14 - No Man’s Zone (générique de fin)