TONY HYMAS JOUE LEO FERRE

mai 2016
15 €
11 en stock (in stock)
ArtisteTony HymasLabelNATORéférencenato 5054

La rencontre avec Léo Ferré pour Tony Hymas s’est faite avec le temps. En 1997, il inscrit « Avec le Temps » au répertoire de son trio en 1997, il le joue même avec le dessinateur Mœbius et finalement l’enregistre en 2011 avec les Bates Brothers comme ouverture de l’album Blue Door. Un soir au restaurant Esperluette, rue Gay-Lussac à Paris (lieu important de mai 68), la musique de Léo Ferré se dispense dans la pièce, Tony Hymas s’absente de la conversation pour l’écouter. Fort de ces amorces, il lui est proposé en 2015 de participer à l’événement « Premier mai jour Ferré » à L’Européen. Il crée pour l’occasion une suite de cinq titres. L’assistance est bouleversée, elle en redemande. C’est alors qu’il décide de se plonger plus encore dans l’œuvre du chanteur et crée une seconde suite jouée en public… puis une troisième. À chaque fois le même enthousiasme, l’idée de l’album est alors incontournable. Fasciné par les paroles, passionné par la musique de Léo Ferré, Tony Hymas travaille à rendre chaque situation au plus juste du rêve du chanteur, de ce qu’il nous a transmis. À l’écoute de ce récital au Festival de Souillac, Marie-Christine Ferré, émue, dira « J’ai entendu Léo ». 


« D’où, loin de toute pesanteur taxinomiste, une suite de variations en trois bouquets de chansons amoureusement réparties à l’aune de camaïeux thématiques à partir de “La vie d’artiste”, “L’affiche rouge” et “Les anarchistes”, irrésistible ouvrage moins de “relecteur” que de compositeur/improvisateur comparable au travail des meilleurs inventeurs et orfèvres du jazz tels que Coleman Hawkins ou John Coltrane nous offrant des “Body and Soul” et “My Favorite Things” chaque fois plus inouïes et envoûtantes. »
Philippe Carles in Jazz Magazine / Jazzlive, 27 juin 2016

« Le chef-d’œuvre du disque est peut-être cette version sublime de “Est-ce ainsi que les hommes vivent”, avec ce monde dont Hymas fait sentir l’or, la pourpre et les odeurs de décomposition. Vraiment très fort. »
Jean-François Mondot in Jazz Magazine, Juillet 2016

« De bout en bout, Hymas joue Ferré avec sensibilité, attention et inventivité. »
Sylvain Siclier in Le Monde, le 6 juin 2016

« Ce n’est d’ailleurs pas la moindre force de ce disque que de montrer le lien indéfectible qui relie la mélodie aux couleurs et dynamiques qui la sous-tendent. »
Nicolas Dourlhès in Citizen Jazz, le 10 juillet 2016

« On suit les 15 titres bout à bout grâce au traitement d’Hymas : inspiré, caressant, exacerbé, en permanence respectueux, contrasté. Chaque écoute m’a révélé une perle nouvelle. Léo Ferré vit. Le vieux lion a planté un drapeau de feu dans le cœur du pianiste. »
Bruno Pfeiffer in Libération, le 20 juillet 2016

Si vous aimez les médailles : ce disque a eu un "Choc" de la revue Jazz Magazine en juillet 2016 et un "Élu" de Citizen Jazz en juillet 2016.

Tony Hymas (p).

1 - La vie d'artiste 
2 - Les poètes 
3 - La mémoire et la mer 
4 - C'est extra 
5 - Jolie môme 
6 - L'affiche rouge 
7 - Vingt ans 
8 - L'amour fou 
9 - Le pont Mirabeau 
10 - L'espoir 
11 - Les anarchistes 
12 - L'oppression 
13 - Thank you Satan 
14 - Petite 
15 - Est-ce ainsi que les hommes vivent ?