RIVIERES DE LA NUIT

octobre 2017
NEW
Vinyle
15 €
5 en stock (in stock)
ArtisteDenis FrajermanMusiciensRhys Chatham, Laurent Rochelle, Justine Schaeffer, Jérémy Chinour, Hélène Frissung, Guillaume Boppe, Géraldine Ros, Fanny Kobus, Daniel Palomo, Cassandre Girard, Carole DevilleLabelDOUZIEME LUNERéférenceDL-001 LP

Rhys Chatham (tp), Jérémy Chinour (perc), Carole Deville (cello), Denis Frajerman (comp, g, perc), Hélène Frissung (vln), Cassandre Girard (fl), Fanny Kobus (altvln), Sophie M. (voc), Daniel Palomo-Vinuesa (saxes), Laurent Rochelle (bcl, ss), Géraldine Ros (voc), Justine Schaeffer (voc), Loïc Schild (perc).


Rivières de la nuit, qui a été en gestation pendant de nombreuses années, est le témoignage de cette évolution musicale, tout en gardant cette capacité à susciter de nombreuses images dans nos têtes. Le post-exotisme tourmenté des Suites Volodine est pourtant bien loin, laissant place aujourd'hui à une musique incroyablement raffinée et mélancolique, piochant autant dans la musique contemporaine, la folk, la cold wave, le jazz ou la musique de chambre. Faisant la part belle au lyrisme, aux cordes et aux voix féminines, ces pièces se révèlent particulièrement hantées et aériennes, magnifiées par la richesse de l'instrumentation et des invités rassemblés. "The Lifts" est une lente mélopée jazzy qui laisse peu à peu place à des violons et violoncelles inquiétants comme issus d'une rencontre entre Béla Bartók et Bernard Herrmann. "Rivières de la nuit" développe encore plus cette dimension soundtrack. "Novérem" touche pour sa part à la grâce, avec une basse cold, boîte à rythmes de rigueur, guitares langoureuses et romantisme néoclassique renvoyant au mythique Autoportrait des néerlandais de Mecano, le tout magnifié par les vocalises éthérées et opératiques de Géraldine Ros, sirène surnaturelle au vocabulaire tout aussi impénétrable que celui de Liz Fraser (Cocteau Twins). "Requiem for Elja" et "Cello Solo" approfondissent l'exploration de ce langage étrange et séduisant, entre musique répétitive, écriture contemporaine et jazz. "La Poupée de fil dorée", toujours porté par la guitare acoustique, s'écoute comme un conte pour enfants alors que "Glassnost" semble faire hommage aux musiques de Michael Nyman pour Peter Greenaway. Un monde riche et visuel ("Une Aurore de Lune" et ses évocations paysagistes) dans lequel l'auteur Xavier Boissel a trouvé l'inspiration pour son écriture. Un travail de haute tenue centré autour de l'imaginaire. 
Max Lachaud

Partager (share) :

Disque(s) associé(s) à DOUZIEME LUNE