JEF SICARD POUR TOUJOURS !

16 novembre 2021
JEF SICARD POUR TOUJOURS !

Photo Jean Michel Jarillot

Le saxophoniste – polyinstrumentiste Jef Sicard est mort le 12 novembre  2021

Jazz Magazine
JEF SICARD POUR TOUJOURS
"Il était saxophoniste alto comme Charlie Parker sur les thèmes duquel il aimait s’échauffer, mais jouait aussi du soprano ainsi que de la clarinette basse, comme Eric Dolphy auquel il dédie Dolphylaxie sur son dernier disque ; plus toutes sortes de flûtes, tous les idiophones qui lui tombaient sous la main et des conques particulièrement mises en valeur sur son album de 2004 « Tropismes ». Son local de musique, La Manu près de la place du Colonel Fabien, était habité d’une foule d’objets, du gong tibétain à la tringle à rideau. Tout ce qui était susceptible de produire un son était pour lui un objet de convoitise ainsi que tous les instruments exotiques qui auraient pu lui ouvrir les portes des tropiques, de l’Asie du Sud aux Antilles en passant par l’Inde, le Moyen-Orient et le Maghreb ; de l’Australie des Aborigènes au Brésil en passant par Madagascar. Je l’ai vu parfois se désespérer de son jeu au moment de monter sur scène et s’y produire comme habité d’une colère noire, peut-être parce que ces tropiques imaginaires se dérobaient à lui. Était-ce pour les rejoindre et fuir enfin les pesanteurs du monde réel que la veille de son décès il a réussi à s’extraire de son lit en arrachant ses perfusions, comme nous le raconte Claude, son épouse ? « Tu le connais, c’était un rebelle. Il se sera rebellé jusqu’au bout. » Réinstallé dans son lit, il a entendu dans une demie conscience son ami Dominique Maurin, frère de Patrick Dewaere, lui jouer d’un magnifique ney qu’il lui apportait ; puis il est mort dans son sommeil, enfin au repos (...)
L'article en entier 

nato glob
JEF SICARD
Le Dharma Quintet fit partie de ces quelques groupes qui, à partir de ce qu'avait bâti, débattu et débâti la génération précédente, tracèrent l'instant d'alors d'un coup de devenir. Le lundi 27 juillet 1970, le Dharma quintet enregistre son premier album "Mr Robinson". Jef Sicard, l'un des deux saxophonistes, signe les deux titres de la face 1. Plutôt que les flashes des grandes ruptures (et il y en avait de fameuses à ce moment-là), le Dharma allume une petite lumière durable qui va avoir une portée de grande influence, n'en déplaise aux actuelles classifications du souvenir. La petite lumière de Jef Sicard s'est promenée si librement longtemps. Elle s'est éteinte le 12 novembre.

Jef Sicard aux Allumés du Jazz

Les Allumés du JazzFils RSS

Pour vous abonner, cliquez sur la vignette d'abonnement de votre choix.
Réservé à un usage strictement personnel, privé et non collectif (toute autre exploitation est soumis à redevance : contact@lesallumesdujazz.com).

Les Actualités
À la une xml
Idées xml
Évènements xml
Les Projets
Tous les projets xml
Les Fiches Pratiques
Toutes les fiches xml