DISQUAIRE DAY, DISQUAIRES DEAD ?

22 juin 2020
DISQUAIRE DAY, DISQUAIRES DEAD ?

LIBERATION  - Olivier Lamm 20 juin 2020

Parlez à un disquaire en cette veille de Disquaire Day 2020 – comme on l’a fait par exemple avec Bernard Ducayron du magnifique Souffle Continu, à Paris, pour préparer ce billet –, il y a de très, très grandes chances qu’il soit traumatisé. 
Quand il n’est pas déjà en deuil de sa boutique, tels les tauliers de Chez Emile à Lyon, dont le commerce n’aura pas survécu à la crise sanitaire. Les autres, pour la plupart, ont trimé tout le temps du confinement ou presque pour se réinventer, par exemple sous forme de services de vente par correspondance plus ou moins formels, dans les limites imposées par des services postaux à bas régime, et sans même envisager de se payer. Aussi, à l’heure où l’association Tous pour la musique annonce des pertes estimées à 4,5 milliards d’euros pour la filière musicale en France en 2020, on comprend que la méchante blague du Disquaire Day de l’année leur donne envie de s’arracher la partie haute de la mâchoire, qui leur sert habituellement à faire risette en cette fête du disque devant les caméras de médias qui les ignorent royalement le reste de l’année.

En principe, la version française du Record Store Day, chapeautée par le Club action des labels indépendants français (Calif), est une aubaine difficile à refuser pour ces petits commerces culturels : certes les risques existent de creuser des méchants trous dans la trésorerie pour acquérir des références rarement attrayantes, sans possibilité de les retourner au distributeur, mais l’idée d’un événement annuel permet pour la plupart d’engendrer en une journée des recettes équivalentes à celles d’un mois entier. Or cette année, les disquaires doivent faire face, après trois mois de fermeture et la perspective d’un été déserté par les touristes étrangers, à une organisation ubuesque : quatre journées au lieu d’une, et l’interdiction d’agrémenter les opérations commerciales d’animations. L’intention est louable, théoriquement : déconcentrer dans le temps pour éviter les attroupements. Mais de fait, c’est l’opération tout entière qui en devient absurde, puisqu’elle n’existe, en principe, que pour faire venir plus de gens en magasin et leur y faire dépenser de l’argent. Etalé sur quatre jours, l’événement n’en est plus tout à fait un. Restent la pression d’organisation et le poids sur la trésorerie que ces Disquaire Days imposent à ces petits commerces déjà fragilisés par la crise et l’essoufflement du marché – un motif d’inquiétude de plus dans une période pour le moins anxiogène. (...)

Lire l'article  en entier sur le site de LIBERATION
.

Les Allumés du JazzFils RSS

Pour vous abonner, cliquez sur la vignette d'abonnement de votre choix.
Réservé à un usage strictement personnel, privé et non collectif (toute autre exploitation est soumis à redevance : contact@lesallumesdujazz.com).

Les Actualités
À la une xml
Idées xml
Évènements xml
Les Projets
Tous les projets xml
Les Fiches Pratiques
Toutes les fiches xml